Le voyage d'affaires et les déplacements professionnels

Le voyage d’affaires est une notion globale qui comprend l’ensemble des dĂ©placements professionnels. On parle de voyage d’affaires pour un dĂ©placement de plusieurs heures Ă  plusieurs jours. En France, le voyage d’affaires reprĂ©sente un marchĂ© de 29,9 milliards d’euros (source : Epsa) et plus de 1300 milliards d’euros dans le monde en 2017 (source : Amex GBT).

Depuis 2020, ce marchĂ© est trĂšs fortement impactĂ© par la crise sanitaire mondiale. En 2020 le marchĂ© a connu une baisse spectaculaire de 70%. Encore aujourd’hui, le marchĂ© n’est qu’à 50% de son niveau de 2019. Cela s’explique notamment par les rĂ©glementations sanitaires pour des voyageurs qui transitent Ă  l’étranger, des habitudes et des usages qui ont profondĂ©ment Ă©tĂ© bouleversĂ©s (visioconfĂ©rences, rĂ©duction des dĂ©placements
) et une volontĂ© pour les entreprises d’affirmer leurs dĂ©marches R.S.E.

‍

Sommaire :

  1. Les segments du voyage d’affaires
  2. L'aérien
  3. Le train
  4. L'hĂŽtellerie
  5. La location de voitures
  6. Les outils du voyage d'affaires
  7. Les SBT
  8. Les GDS
  9. Les MaaS
  10. Les distributeurs du voyage d'affaires
  11. Les TMC
  12. Les nouvelles agences de voyages

Les segments du voyage d’affaires

‍

Le voyage d’affaires est composĂ© de 4 segments. C'est-Ă -dire 4 mĂ©tiers dont un voyageur d’affaires a besoin pour ses dĂ©placements professionnels.

‍

L’aĂ©rien

‍

Selon une Ă©tude interne Ă  Carbookr, en janvier 2022, les dĂ©placements aĂ©riens sont le premier poste de dĂ©penses dans le voyage d’affaires. En effet, avec 35% du budget allouĂ© aux dĂ©placements, ils reprĂ©sentent un moyen de transport Ă  haut coĂ»t, notamment sur les vols internationaux.

En 2018, En part de marché, les compagnies aériennes leaders en Europe sont : Lufthansa (12,3%) Ryanair (12%) et IAG (9,8%).

En mars 2020, le marchĂ© aĂ©rien (loisir et business) a enregistrĂ© des pertes s’élevant Ă  370 millions d’euros. Cela s’est traduit par une baisse moyenne de 67% du chiffre d’affaires des compagnies aĂ©riennes. Avant cette pĂ©riode, ÂŒ passager est un voyageur d’affaires.

Aujourd’hui, le volume de rĂ©servations des voyageurs d’affaires peine Ă  retrouver son niveau d’antan. La crise sanitaire a dessinĂ© de nouveaux usages. Selon Greg Hayes, PDG de Raytheon technologies Corp, “30% du trafic est liĂ© aux voyages d’affaires mais on peut faire l’économie de la moitiĂ© au moins de ces vols”. En 2021, selon une Ă©tude de Bloomberg, les chefs des grandes entreprises suisses veulent diminuer leurs dĂ©penses en business travel de 20 Ă  40%.En rĂ©alitĂ©, les compagnies aĂ©riennes vont devoir se rĂ©inventer, pour sortir par le haut de cette crise. Il faudra d’abord crĂ©er plus de valeurs sur le parcours client et les services associĂ©s aux voyageurs d’affaires : infrastructures, accompagnement
 De nombreux questionnements existent sur les classes affaires. Les politiques RSE des entreprises poussent les collaborateurs Ă  rationaliser leurs voyages. Les classes affaires deviennent alors un non-sens : sur une mĂȘme surface, on fait voyager 2 Ă  3 fois moins d’usagers en classe affaires qu’en classe Ă©co. En resserrant les siĂšges, on pourrait transporter plus de personnes pour un mĂȘme vol et baisser le taux d’émission par passager.

Justement, les compagnies low cost sont celles qui parviennent à mieux résister à la crise du marché. Leur activité est largement soutenue par la clientÚle loisirs.

Photo d'un avion de la Lufthansa
Lufthansa est a compagnie leader en Europe

‍

Le train

‍

La SNCF a longtemps dĂ©tenu le monopole du transport ferroviaire sur les lignes Ă  grande vitesse comme sur les TER. En 2019, son chiffre d’affaires s’élevait Ă  35,1 milliards d’euros. Le voyage d’affaires reprĂ©sente 20% du volume des rĂ©servations SNCF et 40% de son chiffre d’affaires (source : L’écho Touristique). C’est donc un marchĂ© primordial pour cette entreprise publique historique, qui transporte plus de 5 milliards de voyageurs en 2019.

Comme l’aĂ©rien, le trafic ferroviaire a Ă©tĂ© fortement impactĂ© par la crise du Covid. En 2020, la SNCF a enregistrĂ© une baisse de son chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros. Les nombreuses grĂšves de 2019 avaient dĂ©jĂ  fragilisĂ© la situation Ă©conomique de l’entreprise.

Cependant, la compagnie a rĂ©pondu aux nouvelles demandes de ses clients. Elle a adaptĂ© son offre pro et proposĂ© un abonnement tĂ©lĂ©travailleurs. En effet, depuis la crise sanitaire, le tĂ©lĂ©travail partiel a Ă©tĂ© un recours massivement adoptĂ© par les entreprises. En permettant aux collaborateurs de travailler dans une Ă©loignĂ©e de leur domicile, la SNCF est revenue Ă  des niveaux presque similaires Ă  ceux d’avant crise. De plus, les dĂ©placements en train sont devenus une alternative Ă©cologique et durable aux voyages aĂ©riens.

Depuis 2021 et l’ouverture Ă  la concurrence, de nouveaux acteurs exploitent le rail pour faire voyager les usagers. L’entreprise italienne Trenitalia exploite la ligne Ă  grande vitesse Paris-Lyon. DĂšs son lancement, la compagnie a pratiquĂ© des tarifs agressifs avec des classes affaires au moins Ă©quivalentes Ă  celle de la SNCF. La classe exĂ©cutive est, quant Ă  elle, aux standards des prestations haut de gamme rĂ©clamĂ©es par les clients. Les fauteuils en cuir sont larges et accueillants, l’espace Ă  bord est consĂ©quent, et le service de haut niveau.

D’autres compagnies feront leur apparition dans les annĂ©es Ă  venir. L’espagnol Renfe devrait exploiter les lignes Ă  grande vitesse dans le sud de la France. L’allemand FlixTrain, a renoncĂ© Ă  exploiter 5 lignes sur le territoire national en France pour des raisons de coĂ»ts d’infrastructures.

Photo de la classe executive de Trenitalia
La classe executive de Trenitalia, concurrent italien de la SNCF.

L’hîtellerie

‍

Le secteur de l'hĂŽtellerie est composĂ© de grands groupes et de trĂšs nombreux indĂ©pendants qui se partagent un marchĂ© trĂšs atomisĂ©. Le leader sur son marchĂ© est le groupe Mariott avec plus de 1,4 millions de chambres disponibles dans le monde. Son challenger est le gĂ©ant chinois Jin Jiang qui dĂ©tient plus d’1 million de chambres dans le monde entier.

Le groupe Accor est le premier acteur français et le leader europĂ©en de l’hĂŽtellerie avec 300 000 chambres dans le monde entier. Avec un total de 40 marques, Accor est positionnĂ© dans l'hĂŽtellerie de luxe avec ses marques Sofitel, Raffles, Fairmont
 Le premium est assurĂ© par, entre autres, Pullman et Swissotel. Pour ses offres milieu de gamme, Accor dĂ©tient les marques Novotel et Mama Schelter, et la marque Ibis pour ses chambres Ă©conomiques.

Durement frappé par la crise, le secteur hÎtelier a enregistré des pertes colossales. 237 000 emplois ont disparu (hÎtellerie + restauration) entre février 2020 et février 2021.

Pourtant, de nombreux hĂŽtels ont su se rĂ©inventer et trouver les opportunitĂ©s nĂ©cessaires au retour des voyageurs d’affaires. Les groupes CitizenM et Okko ont pensĂ© leurs infrastructures spĂ©cialement pour le nouveau parcours de leurs clients. Les chambres sont plus petites et trĂšs fonctionnelles. Elles accueillent en gĂ©nĂ©ral des voyageurs d’affaires qui y sĂ©journent pendant 1 ou 2 jours. Les chambres de plus de 20m2 ne sont plus indiquĂ©es.

Depuis la crise, les hĂŽtels ont grandement digitalisĂ© leurs services. Les espaces de coworking se placent de plus en plus prĂšs des zones de restauration, et mĂȘme dans les lobbies des hĂŽtels. Le haut dĂ©bit, le cloud sĂ©curisĂ©, les ordinateurs Ă  disposition, tout est fait pour que les collaborateurs puissent travailler comme au bureau. Certains voyageurs se voient proposer un tĂ©lĂ©phone portable local ou des mini box wifi, pour rester connectĂ© facilement.

Une attention particuliĂšre est aussi portĂ©e Ă  la restauration. Les menus “sans gluten” ou “sans sucre” sont proposĂ©s aux voyageurs d’affaires. Des produits locaux et frais sont proposĂ©s Ă  n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Les menus Ă  base de poisson remplacent peu Ă  peu les viandes rouges et les sauces. La nutrition d’un voyageur en dĂ©placement doit ĂȘtre adaptĂ©e Ă  ses journĂ©es de travail.

Phot du restaurant de l'hĂŽtel Fairmont de Seattle.
Le restaurant de l'hĂŽtel Fairmont de Seattle.

‍

La location de voitures

‍

La location de voitures est le dernier segment du voyage d’affaires. Dans le parcours du collaborateur, il est souvent le dernier mode de transport pour aller rendre visite Ă  un client, un partenaire, un fournisseur
 Il peut ĂȘtre l’unique moyen de locomotion, ou s’intĂ©grer dans un parcours client multimodal (exemple : taxi - avion - voiture de location).En pĂ©riode prĂ©-covid, le voyage d’affaires reprĂ©sentait encore 45% du marchĂ© de la location de voitures (source : Voyages d’affaires). Cependant la crise sanitaire ainsi que la crise des semi-conducteurs a largement dĂ©stabilisĂ© le marchĂ©. Les leaders du marchĂ© (Enterprise, Avis, Europcar, Hertz et Sixt) ont accusĂ© des baisses de chiffre d’affaires, jusqu’à -45% pour Europcar.

Conscients de cette situation, les acteurs de la location de voitures ont largement digitalisĂ© leur offre et augmentĂ© la sĂ©curitĂ© de leurs clients. La dĂ©sinfection des vĂ©hicules est rentrĂ©e dans les standards. Les Ă©tats des lieux sont souvent numĂ©risĂ©s (ProovStation) et les gains de temps se font Ă  tous les niveaux. RĂ©servation, livraison des vĂ©hicules, restitution en parking libre-service
 Le dĂ©placement professionnel doit ĂȘtre le plus fluide possible.

La RSE dans la location de voitures est un sujet des plus importants. Les loueurs de voitures sâ€˜Ă©quipent en vĂ©hicules faibles Ă©missions (hybrides rechargeables et Ă©lectriques). La demande des entreprises est croissante sur ce sujet puisque celles-ci prennent des engagements en matiĂšre de protection de l’environnement. Dans ce cas, la voiture devient une alternative crĂ©dible qui permet de baisser les Ă©missions de CO2 par km parcouru. Les demandes de vĂ©hicules grande capacitĂ© (Minivan, Monospaces
) augmentent dans les dĂ©placements en covoiturage. Il n’est pas rare de voir plusieurs collaborateurs voyager dans le mĂȘme vĂ©hicule pour rĂ©aliser des Ă©conomies et baisser leur empreinte carbone.

Les acteurs d’autopartage et de location de vĂ©hicules Ă  la journĂ©e se multiplient dans les grandes villes comme dans les plus petites agglomĂ©rations. S’ils rendent un rĂ©el service de micromobilitĂ©, ils s’adressent plutĂŽt Ă  une clientĂšle loisir et ne permettent pas des solutions de paiements et de facturations adaptĂ©s Ă  un utilisateur professionnel.

Une agence Europcar
Une agence Europcar, groupe leader de la location de voitures en Europe.

‍

Les outils du voyage d’affaires

‍

Le voyage d’affaires, en particulier en France, est composĂ© de nombreux intermĂ©diaires. Pour agrĂ©ger tous les acteurs du voyage d’affaires, de nombreux outils doivent ĂȘtre connectĂ©s pour proposer aux entreprises clientes comme aux voyageurs, une solution fluide et globale pour les dĂ©placements professionnels.

‍

Les SBT

‍

Le S.B.T. (Self Booking Tool) est un outil de rĂ©servation incontournable dans le voyage d’affaires. Les SBT agrĂšgent les offres des acteurs du voyage d’affaires, et offrent aux entreprises la possibilitĂ© de paramĂ©trer leurs politiques voyages liĂ©es aux dĂ©placements.

L'intĂ©rĂȘt des SBT est de centraliser les rĂ©servations au sein d'un seul et mĂȘme outil. GrĂące Ă  la limitation des rĂ©servations sauvages, l'entreprise pourra piloter ce poste de dĂ©penses et assurer la sĂ©curitĂ© de son collaborateur en dĂ©placement.

Pour optimiser au maximum le temps et la visibilitĂ© des volumes de rĂ©servations, les agents de rĂ©servations, assistant(e)s de direction, travel managers
 utilisent le SBT pour rĂ©server des billets d’avion, des chambres d'hĂŽtels, des voitures de location, des billets de train
 Un SBT va Ă©galement permettre de modifier ou annuler certaines rĂ©servations, envoyer des accusĂ©s rĂ©ceptions aux voyageurs, permettre des systĂšmes d’approbations aux managers
 Dans la gestion du profil des voyageurs, les SBT sont garants de la confidentialitĂ© et de la protection des donnĂ©es personnelles. En effet, l’enregistrement de piĂšces d’identitĂ©, permis de conduire
 est parfois nĂ©cessaire pour le dĂ©placement des collaborateurs.

L’avantage du SBT est de clarifier au maximum l’activitĂ© voyage d’affaires auprĂšs des travels managers et de simplifier le processus de rĂ©servation pour les collaborateurs en charge.

Concur, KDS, Traveldoo et Cytric fournissent des SBT aux plus grandes entreprises du marchĂ©. Ils intĂšgrent avec leur solution voyage d’affaires une solution expense pour la gestion des notes de frais.

Des nouveaux entrants comme Ayruu, The Treep et Fairjungle proposent des outils novateurs pour la gestion du voyage d’affaires. Le SBT The Treep axe ses solutions avec une dimension RSE trĂšs forte. L’outil privilĂ©gie les voyages les moins polluants tout en rĂ©pondant aux besoins exprimĂ©s par l’utilisateur. Fairjungle propose un outil particuliĂšrement simple. Il permet Ă  des collaborateurs “novices” de rĂ©server sans avoir de compĂ©tences particuliĂšres dans le travel.

‍

Les GDS

‍

Le G.D.S. (Global Distribution System) est un systÚme de réseau informatisé. Il permet de générer des transactions entre les différents acteurs du voyage (HÎtels, compagnies aériennes, loueurs de voitures, compagnies ferroviaires et agences de voyage).

Les GDS s’appuient sur la disponibilitĂ© en temps rĂ©el des fournisseurs primaires. Ils proposent donc des prestations tarifĂ©es et directement rĂ©servables, mais ne les composent pas directement. En effet, un agent de voyages peut rĂ©server une location de voiture sur un GDS, mais l’offre Ă©mane bien du prestataire de location de voitures. Un GDS ne dĂ©tient pas de stock d’offres de location de voitures ou de billets d’avion.

Cependant, les GDS ne possĂšdent pas l’offre la plus exhaustive du marchĂ©. En effet, pour ĂȘtre rĂ©fĂ©rencĂ© sur un GDS, un loueur de voitures devra avoir la structure nĂ©cessaire et les ressources suffisantes pour connecter son systĂšme d’information Ă  celui d’un GDS. De plus, la prĂ©sence sur un GDS reprĂ©sente un coĂ»t non nĂ©gligeable pour le fournisseur. C’est pourquoi les GDS font encore l’impasse sur de nombreux hĂŽtels, loueur de voitures locaux, ou compagnies aĂ©riennes de faible envergure.

3 entreprises se partagent la majorité du marché : Sabre, Amadeus et Travelport. Ce sont des entreprises d'envergure internationale. Cependant Sabre est leader sur le marché international et Amadeus sur le marché européen.

On trouve aussi des GDS moins populaires sur les marchĂ©s occidentaux. TravelSky, un GDS gĂ©rĂ© par l'État chinois. KIU est un GDS populaire en AmĂ©rique latine.

‍

Les MaaS

‍

Les MaaS (Mobility as a Service) sont des solutions de mobilitĂ© multimodales. Elles s’adressent aux collaborateurs qui ont besoin de services de transport trĂšs divers durant leurs dĂ©placements. Un MaaS a la capacitĂ© d’agrĂ©ger une liste exhaustive de moyen de locomotion, privĂ©s et publics dans une seule et mĂȘme application. On retrouve dans un MaaS :

  • Compagnies aĂ©riennes
  • Compagnies ferroviaires
  • Loueurs de voitures
  • Services de taxi (auto, moto, scooters
)
  • Auto, VĂ©lo, trottinettes libre service
  • Tramway
  • MĂ©tro
  • ...

Les MaaS sont des outils techniques qui parviennent Ă  identifier les offres en temps rĂ©el des moyens de mobilitĂ©s disponibles. Ils intĂšgrent Ă©galement des systĂšmes de paiement directement sur l’application. C’est un enjeu important pour les travel managers et les responsables en charge du budget voyages.

Les MaaS rendent aussi service aux agglomérations et aux municipalités. Les pouvoirs publics sont intéressés par ses outils pour fluidifier la mobilité des administrés. Plus globalement, la mobilité urbaine voire micro urbaine reste un élément d'attractivité et de dynamisme des villes et des communes. Par la collecte de données sur les transports, les élus prennent des décisions plus pertinentes sur les infrastructures à mettre en place pour les citoyens.

Les MaaS les plus avancĂ©s sont aujourd’hui Lyko, Whim et Moovit. Mais ce marchĂ© est loin d’avoir atteint la maturitĂ©. De nombreuses Ă©volutions auront lieu notamment sur les systĂšmes d'agrĂ©gation des fournisseurs publics (mĂ©tro, bus
) et les paramĂ©trages clients. En effet, les politiques voyages Ă©tant parfois complexes, de nombreuses possibilitĂ©s doivent ĂȘtre offertes aux clients : systĂšme d’approbation des voyages, possibilitĂ© de rĂ©server en toute indĂ©pendance, remontĂ©e des offres selon l’utilisateur, intĂ©gration des tarifs clients


L'Ă©quipe de Lyko Mobility
L'Ă©quipe de Lyko Mobility, en mars 2021.

‍

Les distributeurs du voyage d’affaires

‍

GĂ©rer des voyages d’affaires demande un certain nombre de ressources pour une entreprise. La question du temps passĂ© sur les rĂ©servations, l’efficience du choix des fournisseurs, les modes de paiement, le duty of care
 Pour ce faire, la plupart des entreprises choisissent de faire appel Ă  des agences de voyages spĂ©cialisĂ©es, pour optimiser au mieux leurs dĂ©placements professionnels.

‍

Les TMC

‍

Les TMC (Travel Management Company), sont des agences de voyages d’affaires. Elles prennent en charge l’ensemble de la prĂ©paration d’un voyage d’affaires en composant la meilleure solution avec les prestataires. HĂŽtels, billets d’avion, de train ou encore location de voitures, la TMC peut prĂ©parer un dĂ©placement de A Ă  Z. Cependant, avec l’avĂšnement des SBT, les TMC permettent aussi aux clients de programmer eux-mĂȘme leurs voyages d’affaires. En effet, elles laissent la partie opĂ©rationnelle aux collaborateurs de l'entreprise et interviennent en tant que conseiller auprĂšs des personnes en charge de la rĂ©servation.

En revanche, elles prennent la main sur les voyages en complexes. Elles assurent aussi un service d’assistance auprùs des voyageurs de plus en plus importants dans la politique voyage des entreprises. Pour le client, La TMC est l’interlocuteur expert et  unique pour tous les voyages d’affaires.

Le marché des TMC est dominé par trois leaders du marché : CWT (Carlson Wagonlit Travel), Amex GBT et BCD Travel.

CWT et Amex ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es dans la deuxiĂšme moitiĂ© du 19Ăšme siĂšcle. La premiĂšre Ă©tait nommĂ©e Ă  l’origine la CWIL (Compagnie Internationale des Wagonlits et du Tourisme). La deuxiĂšme Ă©tait une entreprise de transport de fonds. En 2019, CWT annonce un chiffre d’affaires de 22 milliards de dollars. Amex GBT affiche la mĂȘme annĂ©e un chiffre d’affaires de 33,7 milliards de dollars.

Depuis la reprise du voyage d’affaires, les grandes TMC ont pour objectif de se concentrer sur les PME. En effet, la moitiĂ© d'entre elles ne passent pas par une agence pour organiser leurs voyages d’affaires. “Ce sont des clients trĂšs digitaux dans leur utilisation, ouverts sur de nouveaux produits.” affirme Yorick Charveriat, General Manager France, Amex GBT.

Les bureau de CWT Ă  Moscou
Les bureaux de CWT Ă  Moscou en Russie.

‍

Les nouvelles agences de voyages

‍

Les nouvelles agences de voyages sont des entreprises tech qui rassemblent l’expertise voyage Ă  l’outil technique de rĂ©servation. Elles offrent une solution clĂ© en main Ă  l’entreprise cliente.

Ce modĂšle a Ă©tĂ© impulsĂ© par Egencia. C’est la premiĂšre agence de voyage, au dĂ©but des annĂ©es 2000, Ă  proposer un outil de rĂ©servation intuitif, dĂ©veloppĂ© en interne, auprĂšs de ses clients. En offrant la possibilitĂ© Ă  ses clients de passer eux-mĂȘmes leurs rĂ©servations, ils ont sensiblement fait baisser les fees liĂ©es aux coĂ»ts des prestations clients.

Dans la catĂ©gorie des “nĂ©o TMC”, on retrouve : Okarito, Super Tripper, Travel Perk, Trip Actions, Travel Planet
Elles proposent leur propre SBT, avec une interface distincte, paramĂ©trable et intuitive.

Ces nĂ©o agences ont mis en place un mode de paiement diffĂ©rent. Auparavant, les agences de voyages Ă©taient payĂ©es Ă  la commission. Aujourd’hui les nĂ©o agences proposent des abonnements mensuels ou annuels par utilisateur.

En conclusion, le voyage d’affaires est un secteur fortement intermĂ©diĂ© et interconnectĂ©. Depuis la pandĂ©mie, les entreprises ont profondĂ©ment bouleversĂ© leur mode de dĂ©placements. Elles sont particuliĂšrement exigeantes sur la sĂ©curitĂ© de leurs collaborateurs, l’efficience des dĂ©placements et la maĂźtrise de leur empreinte carbone. Les fournisseurs du voyage d’affaires doivent Ă©videmment prendre en compte ces nouvelles demandes tout en fluidifiant au maximum l'expĂ©rience de leurs clients.

‍